Doc & GuidesGuides

VOTRE GUIDE DE MISE EN PLACE DE LA NORME ISO 45001:2018

Avantages de la mise en œuvre

Avec ou sans système formel de gestion de la SST, les organisations ont le devoir moral et légal de protéger les travailleurs contre les accidents et les problèmes de santé. La section suivante donne un aperçu d’une sélection d’avantages positifs découlant de la mise en œuvre de la norme ISO 45001. Ces avantages positifs ne sont pas exhaustifs.

L’adoption de la structure de haut niveau de « l’Annexe SL » permet aux organisations d’intégrer la norme ISO 45001 aux systèmes de gestion de la qualité ISO 9001 et ISO14001 existants. Cette approche a réduit la complexité des exigences de plusieurs clauses dans différentes applications de normes, économisant ainsi du temps et des ressources.

La norme fournit une approche systématique permettant aux hauts dirigeants d’évaluer les risques et les opportunités en matière de SST, de surveiller et d’examiner les performances en matière de sécurité et de fixer des objectifs d’amélioration continue dans le « contexte » des activités organisationnelles. Cela peut inclure, par exemple, des campagnes de promotion de la santé des travailleurs ou la surveillance des effets sur la SST des produits et services fournis.

La mise en œuvre est une démonstration et un engagement de la haute direction envers les parties prenantes internes et externes (parties intéressées) de l’intention de protéger les travailleurs contre les accidents, y compris les effets néfastes sur la santé à court et à long terme. Bien entendu, cela peut à son tour réduire les temps d’arrêt, conduire à la réduction ou à la prévention des heures perdues des travailleurs et à d’éventuelles poursuites.

Cet engagement fournit également l’assurance au conseil d’administration, aux administrateurs ou aux propriétaires que la direction contrôle les risques S&ST inhérents à l’organisation.

La norme favorise la participation des travailleurs lors de l’identification des dangers, de l’élimination ou de la réduction des risques par la mise en œuvre de contrôles intégrés à d’autres processus métier. Cette approche peut améliorer la culture de sécurité, minimiser les risques et intégrer les meilleures pratiques, ce qui se traduira par une productivité accrue.

Outre les contrôles de processus internes, la norme prévoit des exigences pour
évaluer l’achat de produits et de services susceptibles d’avoir une influence sur la S&ST. Par exemple, une gestion structurée des sous-traitants basée sur les risques. Un tel processus peut à son tour fournir des contrôles visant à réduire les risques en matière de SST, à promouvoir une culture de sécurité positive et à protéger les entreprises.

La norme fournit une structure pour surveiller et examiner les obligations de conformité afin de garantir que l’organisation est conforme à la loi, y compris ses produits et services. Il est important qu’une organisation comprenne ce qu’elle doit réaliser, pourquoi elle doit le faire et si elle a réussi – cela doit être démontré au sein du système.

Les programmes d’audit interne et externe assurent le contrôle et l’efficacité du système de gestion de la S&ST, y compris les processus. Le programme favorise la communication et la participation des travailleurs avec l’identification des lacunes menant à une amélioration continue.

En mettant l’accent sur le rôle actif des travailleurs dans les questions de SST, cela peut avoir des effets positifs sur la réputation d’une organisation en tant que lieu de travail sûr, conduisant à la fidélisation du personnel, à la motivation et à une plus grande productivité.

La mise en œuvre est également une reconnaissance pour avoir atteint une référence standard internationale qui peut avoir une influence positive sur les clients existants et potentiels dans le respect de leurs propres engagements en matière de responsabilité sociale.

Pour plus d’informations sur les avantages positifs de la mise en œuvre de la norme ISO 45001 et ses résultats attendus, reportez-vous à la section 1 « Portée ».

Réflexion/audits basés sur les risques

Toute entreprise qui exploite un système de gestion de la SST doit s’assurer qu’il existe des mesures efficaces pour évaluer les performances qui permettent une amélioration continue en interne. Cette section décrit les différentes méthodologies d’audit en relation avec le système SST pour garantir qu’il est efficace à tous les niveaux de l’organisation et répond aux exigences de la norme.

PENSÉE BASÉE SUR LE RISQUE

La réflexion basée sur les risques (RBT) est un principe central de la norme ISO 45001. La RBT exige que l’équipe de direction évalue en permanence les problèmes qui affectent les aspects S&ST d’une organisation et s’assure que les objectifs, les ressources et les contrôles appropriés sont en place. RBT permet aux organisations d’apporter des changements dynamiques à leurs objectifs et à leur orientation, tout en garantissant que les ressources sont en place pour contrôler les changements et les circonstances imprévues.

En matière de SST, la réflexion basée sur les risques s’étend à des domaines extérieurs à l’organisation qui peuvent influencer la sécurité.

Par exemple, l’achat de produits et de services (y compris les entrepreneurs) et l’impact des produits et services fournis. L’organisation doit déterminer la méthodologie de réflexion basée sur les risques en tenant compte des obligations de conformité et de la participation des travailleurs.

Pour les aspects opérationnels, la norme définit clairement la hiérarchie de contrôle pour l’identification des dangers et la réduction des risques avec la participation des travailleurs. Cette méthodologie exige que l’organisation réduise les risques associés aux dangers à un niveau raisonnablement réalisable.

1ÈRE PARTIE – AUDIT INTERNE

Des audits internes sont effectués à un moment donné pour déterminer si les politiques et les pratiques sont efficaces et atteignent l’objectif visé. L’audit interne est une opportunité de dialoguer avec les travailleurs et de capturer un véritable reflet des processus. Les audits peuvent identifier des preuves positives de conformité, y compris les obligations de conformité, mais grâce à l’inspection et à l’observation, ils peuvent identifier des opportunités d’amélioration et des non-conformités en violation de la norme de gestion.

PLANIFICATION DES VÉRIFICATIONS

L’élaboration d’un plan d’audit ne doit pas nécessairement être un processus compliqué. Grâce à une réflexion basée sur les risques, une série d’audits peut être programmée pour cibler les domaines à risque plus élevé et impliquer des groupes de travailleurs identifiés. C’est à l’organisation de déterminer la fréquence à condition qu’elle soit définie. Outre les aspects opérationnels, le plan couvrira les processus de base, notamment les obligations de conformité, la revue de direction et les informations documentées.

PARCOURIR LES AUDITS

Une approche moins formelle peut être adoptée en plus du plan d’audit en effectuant des audits « approfondis ». Cela peut être mené par la haute direction ou au niveau opérationnel pour inspecter des domaines de l’organisation sur des questions prédéterminées. Il s’agit d’une occasion supplémentaire de dialoguer avec les travailleurs, de promouvoir la communication et de construire une culture de sécurité positive au sein de l’organisation.

2ÈME PARTIE – AUDITS EXTERNES

Les audits de seconde partie sont généralement effectués par des clients ou des organisations en leur nom, mais ils peuvent être menés par des régulateurs pour garantir que l’organisation se conforme aux exigences légales. Les audits externes sont un moyen utile de justifier les allégations d’une organisation en matière de SST et de recueillir des informations de première main et des contacts avec les travailleurs avant de s’engager dans une relation commerciale formelle.

Des audits de seconde partie peuvent être planifiés ; cependant, les régulateurs peuvent ne pas fournir d’avis soulignant la nécessité de garantir que les exigences organisationnelles en matière de S&ST soient préparées.

TIERS – AUDITS DE CERTIFICATION

Les audits tiers sont menés par des organismes de certification accrédités UKAS tels que NQA, conformément à la norme ISO 45001 OH&S. En fonction du nombre d’employés, des sites, du risque et de la complexité de l’organisation, l’organisme de certification déterminera le nombre de jours d’audit nécessaires pour couvrir l’ensemble du champ d’application de la norme. Avant la certification, l’organisation peut envisager une analyse des écarts menée par un consultant ou un organisme de certification pour identifier les écarts par rapport à la norme SST.

La certification est une démonstration aux parties intéressées, notamment aux travailleurs, aux clients et aux régulateurs, qu’il existe :

  • Un mécanisme d’évaluation régulière pour surveiller et mettre en œuvre les obligations de conformité
  • Évaluation régulière pour surveiller et améliorer les processus SST
  • Identification des dangers et réduction des risques SST
  • Examen et évaluation réguliers des risques et opportunités en matière de S&ST
  • Participation des travailleurs au processus décisionnel pour garantir un environnement de travail sûr, une amélioration continue et une culture de sécurité
début du voyage

Section 1 : Portée

Pour l’enregistrement, toutes les exigences de la clause doivent être appliquées. Cette section définit l’intention et les paramètres dans lesquels la norme de gestion de la SST ISO 45001 peut être utilisée pour atteindre le résultat escompté.

Le résultat attendu du système de management de la SST est que l’organisation :

  • Fournir un ou plusieurs lieux de travail sûrs et sains
  • Prévenir les accidents du travail et/ou les problèmes de santé
  • Surveiller et améliorer de manière proactive les performances en matière de SST
  • Éliminer les dangers et minimiser les risques SST (y compris les déficiences du système)
  • Bénéficier des opportunités SST et traiter les non-conformités du système de management associées à ses activités
  • Remplir les exigences légales et autres
  • Atteindre les objectifs SST
  • Intégrer d’autres aspects de la santé et de la sécurité, notamment le bien-être des travailleurs

Cette section indique clairement que la norme n’aborde pas les questions telles que la sécurité des produits, les dommages matériels ou les impacts environnementaux au-delà des risques qu’ils présentent pour les travailleurs et autres parties intéressées concernées.

Section 2 : Références normatives

Les références aux « références normatives » sont courantes dans toutes les normes de systèmes de management, mais dans le cas de la norme ISO 45001, il n’existe aucune référence normative.

Si applicables à une norme, les références normatives sont des documents essentiels utilisés pour l’application du document. Autrement dit, le document de référence est considéré comme indispensable à l’application de la norme référencée.

ISO 45001 fournit une bibliographie contenant des informations supplémentaires, y compris les normes de gestion ISO associées.

Section 3 : Termes et définitions

Les normes ISO sont rédigées de telle manière que leur signification peut être sujette à interprétation. Comme pour toutes les normes, cette interprétation peut prêter à confusion. Pour aider l’utilisateur, la section 3 de la norme fournit des termes de définition prescriptifs pour éviter toute interprétation erronée.

Il est fortement recommandé que les personnes responsables de la mise en œuvre de la norme clarifient et comprennent clairement les mots décrits dans cette section. Par exemple, « travailleur » peut être interprété sans indication comme un opérateur qui travaille dans une usine, alors qu’en réalité, il s’agit d’un travailleur. couvre de nombreux aspects professionnels différents, notamment l’agence, les sous-traitants, tous les employés, y compris la haute direction et le personnel des prestataires externes.

Chaque terme est répertorié selon la hiérarchie des concepts reflétant l’ordre d’introduction de la norme. En plus du terme ou de la définition, les notes fournissent des informations supplémentaires et des éclaircissements.
Si une version électronique de la norme a été achetée, les définitions sont liées par des hyperliens vers d’autres définitions afin que leurs interrelations puissent être vues.

DIRECTIVES EN ANNEXE

« L’Annexe A » de la norme fournit des précisions utiles sur certains concepts en matière de SST afin d’éviter tout malentendu. Notions comprenant :

  • Continuel
  • Assurer
  • Partie intéressée
  • Informations documentées

Si l’organisation requiert l’utilisation de termes spécifiques liés à l’industrie et leurs significations par rapport au système SST, ces termes peuvent être utilisés, mais ils doivent toujours être conformes au document ISO 45001.

Section 4 : Contexte de l’organisation

La justification de cette clause est que le système se concentre sur les processus et les exigences nécessaires pour atteindre les objectifs de la politique de SST. Ceci peut être réalisé en comprenant l’organisation et le « contexte » dans lequel elle opère. La clause 4 définit également les exigences relatives au « portée » et au système à définir, ainsi qu’à la planification ultérieure de haut niveau du système pour atteindre les objectifs.

La compréhension du contexte de l’organisation est généralement effectuée par la haute direction avec des informations sur l’entreprise et les activités recueillies à tous les niveaux de l’
organisation. Les points de discussion se concentrent sur les questions internes et externes qui ont un impact sur le système SST.

L’article 4 comporte quatre sous-paragraphes qui définissent chacun un élément de ce qui est nécessaire pour définir le contexte de l’organisation et pour concevoir le système de gestion de la SST.

Ces quatre exigences suivent une séquence :

  • En 4.1 : Clarification des objectifs stratégiques de l’organisation et détermination de tout problème susceptible d’affecter la réalisation de ces objectifs.
  • En 4.2 : Considération des parties intéressées (parties prenantes), y compris les travailleurs de l’organisation, et de la manière dont elles peuvent affecter le fonctionnement de l’organisation.
  • En 4.3 : Définir la portée du système de gestion de la SST à partir des informations discutées et prises en compte en 4.1 et 4.2
  • En 4.4 : Élaboration d’une conception pour le système de management de la SST et de la planification de haut niveau qui l’entoure

​4.1
COMPRÉHENSION DE L’ORGANISATION ET DU CONTEXTE

La clause 4.1 exige la fourniture d’une compréhension de haut niveau des questions clés qui peuvent affecter la S&ST à la fois positivement et négativement au sein de l’organisation. L’utilisation de ces informations aidera à développer une compréhension des problèmes internes et externes et de l’interaction des activités pour aider à planifier et à développer des contrôles au sein du système.

QUELS SONT LES PROBLEMES INTERNES ET EXTERNES ?

Les problèmes internes et externes sont des circonstances, des caractéristiques et des changements qui peuvent influencer positivement ou négativement le système de management de la SST. L’« Annexe A » de la norme a été élaborée pour fournir des exemples de problèmes internes et externes. Vous trouverez ci-dessous des exemples typiques, mais chaque problème sera axé sur une organisation individuelle :

  • Problèmes externes
    • Environnement culturel, social, politique, juridique, financier, technologique, économique et naturel, y compris l’environnement dans lequel l’organisation opère
    • Qui sont les concurrents et les éventuels entrepreneurs, sous-traitants, fournisseurs, partenaires et prestataires
    • Droit national et international
    • Facteurs et tendances de l’industrie qui ont une influence sur l’organisation
    • Les produits et services de l’organisation et leur influence sur la santé et la sécurité au travail
  • Problèmes internes
    • Gouvernance, structure organisationnelle, rôles et responsabilités
    • Politiques, objectifs et stratégies en place pour les atteindre
    • Ressources (y compris humaines), connaissances et compétences
    • Culture SST au sein de l’organisation et relation avec les travailleurs
    • Processus d’introduction de nouveaux produits, matériaux, services, outils, logiciels, locaux et équipements
    • Les conditions de travail

Grâce aux informations recueillies lors des discussions à tous les niveaux de l’organisation pour déterminer le contexte, il est recommandé que ces informations soient placées dans un rapport. L’avantage est qu’il fournit une explication cohérente et une bonne référence pour soutenir la stratégie commerciale actuelle et future. (Pour un examen du contexte, reportez-vous à la section 9).

4.2 COMPRENDRE LES BESOINS ET LES ATTENTES DES TRAVAILLEURS ET DES AUTRES PARTIES INTÉRESSÉES

« Parties intéressées » est le terme préféré introduit par l’ISO, mais il est communément appelé « parties prenantes ». Contrairement à d’autres normes communes, cette clause introduit le terme « Travailleurs », qui est un terme large tel que décrit dans la section 3 de la norme « Termes et définitions ».

Cette section requiert la détermination, outre les travailleurs, des parties intéressées qui peuvent influencer la SST de manière positive et négative. Une fois qu’il a été décidé quelles parties intéressées sont pertinentes et significatives, il convient de répondre à leurs besoins et attentes au sein du système de management de la SST.

N’oubliez pas que lorsque vous examinez les parties intéressées, certains besoins et attentes sont obligatoires et intégrés dans les exigences légales et réglementaires et doivent donc être pris en compte. Après avoir défini qui sont vos parties intéressées, la norme ISO 45001 exige que vous déterminiez leurs effets potentiels et réels.

Les parties intéressées peuvent être documentées sous la forme d’une carte :



4.3 DÉTERMINATION DE LA PORTÉE DU SYSTÈME DE GESTION DE LA SST

À partir des informations contextuelles recueillies en 4.1 et de la compréhension des besoins et des attentes des travailleurs et des parties intéressées en 4.2, la « portée » peut être développée. Le champ d’application définit les domaines de l’activité qui seront gérés dans le système de gestion de la SST.

Habituellement, cela inclut les processus et activités clés impliqués dans le service ou la production de biens, y compris toute activité en contact avec le client et le travail de garantie après livraison. Lorsqu’une organisation est complexe, le périmètre est utilisé pour délimiter uniquement les activités ou les emplacements où le système est utilisé. C’est ce que l’on peut appeler les « limites d’applicabilité ».

Toutefois, certains domaines de l’activité ne peuvent pas être exclus du champ d’application afin d’éviter les processus SST ou d’échapper à la conformité légale. Lorsqu’une demande est déposée auprès de NQA pour que le système soit audité en vue de la certification, il est nécessaire d’en déclarer la portée dans une déclaration. Cela garantira qu’ils envoient le bon auditeur ayant une expérience dans votre secteur industriel. Par exemple :

« Fabrication et vente de lave-vaisselle »

. En utilisant cet exemple, vous pouvez voir que le processus principal est la fabrication qui intégrera de nombreux processus, notamment les travailleurs, les machines, les exigences réglementaires, les fournisseurs externes, les clients (utilisateurs finaux) et les compétences qui seront vérifié.

4.4 SYSTÈME DE GESTION DE LA SST

À partir des informations recueillies en 4.1, 4.2 et 4.3, la norme exige la conception et l’intégration de processus au sein du système de management pour satisfaire aux exigences de l’ISO 45001. Cela peut inclure des processus tels que la conception et le développement, l’approvisionnement, le marketing et la fabrication.

Section 5 : Leadership

Le leadership et l’engagement de la « haute direction » sont essentiels au succès du système de gestion de la SST. On attend des dirigeants d’une organisation qu’ils deviennent des champions du système et fournissent les ressources nécessaires pour protéger les travailleurs contre tout préjudice.

Cette section donne le ton et les attentes de la haute direction pour qu’elle participe activement au système de SST et à la génération d’une culture positive en matière de santé et de sécurité au sein de l’organisation.

Voici des exemples de la manière dont le leadership peut être démontré au sein du système de management de la SST :

  • Assumer la responsabilité globale de la prévention des accidents du travail et des problèmes de santé, ainsi que de la fourniture d’un environnement de travail sûr et sain.
  • Faciliter une culture positive et une amélioration continue
  • S’assurer que le système SST est intégré aux processus métiers
  • Promouvoir la communication interne et externe et à tous les niveaux (en cascade depuis le haut)
  • Protéger les travailleurs contre les représailles lorsqu’ils signalent des incidents, des dangers, des risques et des opportunités
  • Mise à disposition et accompagnement des comités de sécurité

Pour un audit externe, on s’attend à ce que la haute direction soit au cœur du système de gestion de la SST et fasse clairement preuve de compréhension du système.

POLITIQUE SST

Une politique de SST est une « déclaration d’intention » ou un « énoncé de mission » qui définit le cadre de gestion du système de gestion de la santé et de la sécurité au travail. La politique SST est approuvée par la haute direction et déterminera les contrôles en place et les actions menées pour l’améliorer.
La norme exige spécifiquement que la politique de SST comprenne des engagements à :

  • Fournir un cadre pour fixer les objectifs
  • Fournir des conditions de travail sûres et saines pour la prévention des accidents du travail et/ou des problèmes de santé
  • Éliminer les dangers et réduire les risques SST
  • Amélioration continue du système SST
  • Consultation et participation des travailleurs et, là où ils existent, des représentants des travailleurs
  • Respect des exigences légales et autres

Une fois la politique de SST approuvée, elle doit être communiquée aux parties prenantes, y compris aux travailleurs. La politique doit être accessible aux parties intéressées, parmi lesquelles figurent les clients et les prestataires externes sur demande.
De plus, la politique SST doit être révisée périodiquement par la haute direction pour s’assurer qu’elle reste applicable au contexte de votre organisation.

RÔLES, RESPONSABILITÉS ET AUTORITÉS ORGANISATIONNELLES

Cette section exige que l’organisation définisse des rôles, des responsabilités et des autorités claires dans l’ensemble de l’organisation. Il est reconnu que la responsabilité globale du système de gestion de la S&ST incombe à la « haute direction », mais les individus doivent prendre en compte leur propre santé et sécurité et celles des autres.

Envisagez de documenter les rôles, les responsabilités et les autorités dans des organigrammes de haut niveau et localisés. Les politiques individuelles et les instructions de travail peuvent également inclure des responsabilités et des pouvoirs, mais la compétence doit être prise en compte.CONSULTATION ET PARTICIPATION DES TRAVAILLEURS

Un facteur clé du succès d’un système de SST est de garantir des lignes claires de communication, de consultation et de participation des travailleurs avec une allocation de temps et de ressources suffisante. Cette section nécessite le développement de processus pour garantir que les informations ayant un impact sur la S&ST soient communiquées à tous les niveaux de l’organisation.

Cela peut être réalisé de différentes manières en fonction de la portée et de l’échelle de votre organisation.

Voici une sélection de méthodes suggérées pour favoriser la consultation et la participation des travailleurs :

  • Réunions périodiques avec la haute direction pour discuter des processus, y compris des questions de SST
  • Comité de sécurité avec des représentants des travailleurs (si nécessaire)
  • Identification et élimination des dangers (évaluations des risques)
  • Développement de discussions et de présentations sur la boîte à outils de formation (cela peut inclure des outils de formation pour les travailleurs extérieurs à votre organisation, tels que les entrepreneurs en visite)
  • Développement de systèmes de travail et d’instructions de travail sûrs
  • Communication croisée entre les sites au sein de l’organisation
  • Systèmes de signalement des quasi-accidents avec actions de suivi, y compris l’analyse des causes profondes
  • Visites de sites
  • Politique de porte ouverte pour parler à un représentant de la sécurité ou des ressources humaines
  • Boîtes à suggestions SST
  • Communication – Tableaux d’affichage, newsletters, courrier électronique, blogs, campagnes de promotion de la santé

Une fois qu’une sélection de méthodes de consultation et de participation des travailleurs a été choisie, envisagez de documenter les méthodologies au sein d’un processus. Cela permettra à l’organisation de vérifier périodiquement le processus de votre programme d’audit pour garantir que toutes les exigences identifiées ont été remplies.

Section 6 : Planification

La planification est l’un des éléments clés de tout système de gestion. La norme ISO 45001 est basée sur le cycle « Planifier-Faire-Vérifier-Agir », dans lequel la planification est utilisée pour mettre en œuvre les actions nécessaires au fonctionnement du système.

La planification a lieu à plusieurs moments dans le cadre du système de gestion de la SST. Afin de définir le système de gestion, une planification est nécessaire à l’aide des informations recueillies dans l’article 4. À différents moments, il sera nécessaire de « planifier » à nouveau ; cela inclut la planification périodique pour atteindre les objectifs fixés et revus, ainsi qu’en cas de « changement » qui pourrait résulter d’un événement planifié ou non planifié.

Les exigences sont les suivantes :

  • Planifier les actions basées sur l’évaluation des risques pour gérer les risques et les opportunités dans la prévention des effets indésirables, notamment les accidents du travail ou les problèmes de santé.
  • Gérer les événements et déterminer en permanence les risques et les opportunités pour les travailleurs et le système SST
  • Établir et gérer les objectifs
  • Planifier et gérer les modifications apportées au système et réévaluer une fois les modifications apportées
  • Tenir compte des relations et des interactions entre les activités
  • Définir une méthodologie d’identification des dangers
  • Définir la méthodologie d’identification et de gestion des exigences légales et autres
  • Comprendre les connaissances au sein de l’organisation pour gérer les activités en toute sécurité

IDENTIFICATION DES DANGERS

L’identification des dangers est fondamentale dans le processus de planification afin de prioriser les actions visant à faire face aux risques et aux opportunités. En utilisant la « hiérarchie des contrôles » (voir illustration ci-contre), la norme exige que l’organisation procède à une évaluation des risques basée sur les activités internes et externes.

L’identification des dangers permettra à l’organisation de reconnaître et de comprendre les dangers sur le lieu de travail. Cela permettra également aux travailleurs d’évaluer, de hiérarchiser et d’éliminer les dangers ou de réduire les risques pour la SST. Les dangers peuvent apparaître dans de nombreuses circonstances et conditions différentes, notamment physiques, chimiques, biologiques, psychosociales, physiologiques, mécaniques, électriques ou basées sur le mouvement et l’énergie.

Il faut également tenir compte des types d’activités, notamment les suivantes :

  • Groupes de travailleurs exposés au risque
  • Travail posté, heures d’activité, travail isolé, supervision
  • Facteurs humains, y compris les activités physiques exigeantes
  • Conception du lieu de travail, par exemple séparation de la circulation et des itinéraires piétonniers
  • Modifications des habitudes de travail, y compris augmentation ou diminution de la productivité
  • Bruit, froid, chaleur
  • Exigences légales et mécanisme d’adaptation aux changements dans les exigences légales
  • Comment l’évaluation des risques sera communiquée et formation ultérieure des travailleurs aux mesures de contrôle
  • Situations d’urgence telles que des événements imprévus, notamment un incendie et une panne de courant.
  • Disponibilité de ressources pour garantir que la hiérarchie des contrôles peut être appliquée aux résultats de l’évaluation des risques

​En utilisant

la hiérarchie des contrôles, l’organisation doit déterminer la méthodologie dans laquelle les résultats sont enregistrés sous forme d’informations documentées et communiqués aux travailleurs et aux autres parties intéressées. En règle générale, la personne compétente procède à une évaluation des risques et note les résultats en fonction de la probabilité de l’événement en fonction de la gravité du préjudice avec un score de risque appliqué. Cette méthodologie serait appliquée de manière cohérente et serait basée sur les exigences légales/réglementaires, le type et les circonstances de l’activité, c’est-à-dire le bruit, l’incendie, les vibrations, l’évaluation des risques liés à la hauteur, etc. Il est recommandé que l’évaluation des risques menée par une ou plusieurs personnes compétentes

commence dès la phase de conception de toute activité et implique les travailleurs qui sont ou seront directement impliqués dans le processus.

DÉTERMINATION DES EXIGENCES JURIDIQUES ET AUTRES

L’organisation doit être sûre que, pendant le processus d’évaluation des risques, elle adhère aux dernières exigences légales et autres applicables. Le processus d’évaluation des exigences juridiques et autres variera en fonction de la complexité de l’entreprise.

Les sources d’informations peuvent être recueillies de plusieurs manières, notamment :

  • Abonnement aux newsletters de mise à jour légale des éditeurs
  • Adhésion à des associations professionnelles
  • Recherche via des sites Web gouvernementaux réputés
  • Recours à des consultants compétents
  • Adhésion des salariés compétents à des instituts de santé et de sécurité au travail
  • Participation des salariés à des formations en santé et sécurité au travail

Suite à l’évaluation initiale des obligations de conformité, l’organisation peut envisager de placer les informations pertinentes dans un document. Une feuille de calcul peut être utile à cet effet.
 
Un document actif peut inclure les informations suivantes et être référencé dans les évaluations de risques individuelles :

  • Nom et numéro de référence du règlement/exigence
  • Statut de révision
  • Date de la dernière révision du règlement
  • Personne compétente responsable de l’examen du besoin
  • Domaine de l’organisation concerné par l’exigence, y compris une brève description de l’activité et les informations documentées associées.
  • Un hyperlien ou une description de la source d’information
  • Nom et coordonnées du client/fournisseur externe si cela est pertinent pour « autre exigence »
  • Date de la prochaine révision

PLANIFICATION DES MESURES

À la suite du processus d’identification des dangers, l’organisation doit planifier les actions par ordre de priorité pour réduire les risques. Ceux-ci devraient considérer les conséquences de ces actions avant que celles-ci ne soient introduites. La planification des actions, y compris la mise en place de mesures de contrôle, doit s’inscrire dans le cadre du système de management de la SST.

Les mesures de contrôle peuvent être soit intégrées dans les instructions de travail du système qualité existant, soit basées sur les risques et développées dans des systèmes de travail sûrs dédiés. Les tâches peuvent être déléguées par la haute direction individuellement ou en groupe collectif.

Les tâches seront attribuées aux personnes en fonction de leurs compétences, en tenant compte de la manière dont la formation sera dispensée aux différents groupes de travailleurs.

OBJECTIFS

La norme impose de fixer des objectifs réalisables en matière de S&ST avec les moyens de mesurer périodiquement les progrès, démontrant une amélioration continue. Souvent, les objectifs sont fixés et examinés lors de la revue de direction (voir clause 9.3) ou localement lors de réunions de département ou de comité. Une fois définis, il doit y avoir des moyens de communiquer les objectifs dans toute l’organisation pour soutenir et générer une culture SST positive.

Si de nombreuses exigences ont été identifiées, l’organisation peut envisager d’élaborer un plan stratégique documenté en matière de santé et de sécurité au travail. Le plan doit être approuvé par la haute direction et inclure des tâches d’évaluation des risques, par ordre de priorité, ainsi que l’alignement avec la haute direction responsable de la supervision de la tâche.

Un plan stratégique de SST est un document évolutif qui doit être révisé périodiquement pour suivre les progrès vers la réalisation des objectifs et l’amélioration continue.

Le document peut comprendre :

  • Sujet stratégique prioritaire
  • Action, cela pourrait consister à mener des évaluations conformément aux obligations de conformité, telles qu’une évaluation du bruit.
  • Méthode par laquelle l’action peut être réalisée
  • Ressources nécessaires pour réaliser l’action. Par exemple l’expertise humaine, matérielle, financière et des prestataires externes
  • L’indicateur clé de performance pour démontrer la réalisation de l’action
  • Responsabilité générale
  • Responsabilité de la haute direction
  • Échelle de temps
  • Évaluation du risque (ordre de priorité)

Article 7 : Assistance

Cette section examine les exigences qui sous-tendent le système de management de la SST pour garantir son fonctionnement efficace.

RESSOURCES

Des ressources seront nécessaires pour répondre aux exigences identifiées lors des étapes de planification du système afin de maintenir une amélioration continue. Il s’agit notamment des ressources humaines, naturelles, des infrastructures (bâtiments, usines, équipements, services publics, systèmes de confinement d’urgence), technologiques et financières.

Il est essentiel que l’allocation des ressources bénéficie du plein soutien de la haute direction, conformément aux exigences de l’article 5, pour garantir le maintien d’un environnement de travail sûr et sain. Dans le cadre de l’identification des ressources, l’organisation doit examiner les informations produites dans la section 6 pour reconnaître les risques, les opportunités et les objectifs qui en résultent. Ils doivent alors allouer des ressources suffisantes pour les atténuer ou les gérer.

COMPÉTENCE

Une organisation qui travaille de manière efficace et efficiente doit disposer de travailleurs compétents. En termes de SST, il est essentiel que les travailleurs aient accès à l’information et aient été correctement formés pour prévenir les accidents ou les problèmes de santé pour eux-mêmes et pour les autres. La compétence peut inclure la prise en compte de :

  • Capacité à accomplir la tâche sur la base de rôles professionnels définis et une compréhension claire des aspects requis en matière de S&ST
  • Modalités de recrutement définies en tenant compte des travailleurs intérimaires ou intérimaires
  • Sensibilisation aux dangers liés à l’environnement et aux procédés
  • Exigences légales
  • Capacités individuelles, y compris l’expérience, les compétences linguistiques, l’alphabétisation et la diversité

La diversité des activités au sein de l’organisation déterminera le niveau de formation requis pour acquérir la compétence. Les lacunes en matière de formation sont généralement identifiées lors du développement de nouveaux processus, par exemple l’introduction de nouvelles machines ou lors de la mise en conformité avec les exigences réglementaires.

Quelle que soit la taille de l’organisation, les dossiers de formation sont essentiels comme référence et preuve de l’accomplissement des compétences. Envisagez une matrice de formation générale identifiant les lacunes de formation comblées, y compris les dates de formation de recyclage. En outre, considérez les dossiers de formation individuels avec la preuve signée du travailleur pour reconnaître l’achèvement et la compréhension de la formation, y compris la sensibilisation aux dangers.

L’organisation doit également prendre en compte la compétence des prestataires externes, y compris le recrutement d’entrepreneurs effectuant des tâches sur site. Le processus d’approvisionnement de l’organisation peut fournir la structure de gestion des prestataires externes ; y compris des preuves de capacité, de compétence et sur site, cela peut être soutenu par une formation d’initiation sur site.

Que ce soit en interne ou en externe, la haute direction de l’organisation doit être sûre que des mécanismes sont en place pour fournir aux travailleurs une formation appropriée et suffisante basée sur les compétences en matière de SST.

CONSCIENCE

La connaissance des exigences du système SST est essentielle tant pour les travailleurs internes qu’externes. Il doit y avoir une compréhension claire de la politique de santé et de sécurité de l’organisation, y compris l’obligation pour les individus de se protéger et de protéger les autres contre l’exposition aux dangers. La formation de sensibilisation commence avant le début du travail pour les travailleurs internes et externes et peut inclure :

  • Politique et exigences en matière de SST
  • Dangers liés à l’environnement et aux procédés
  • Moyens de signaler les incidents et de recevoir des informations suite à une enquête
  • Moyens de signaler les quasi-accidents ou les défauts critiques pour la sécurité
  • Structure de surveillance
  • Fourniture d’informations, y compris des systèmes de travail sûrs ou des instructions de travail
  • Compréhension claire qu’il n’y a aucune récrimination pour le signalement de dangers ou pour le retrait préventif d’individus d’une exposition à un danger mettant leur vie en danger. Cela doit être activement encouragé dans le cadre d’une culture de sécurité positive.

Il est recommandé qu’il y ait des preuves d’une formation de sensibilisation. Ceci est décrit dans la section « compétence » de la section 7.

COMMUNICATION – INTERNE ET EXTERNE

​Des canaux de communication définis sont essentiels au succès du système de management de la SST. Il est recommandé qu’il existe une politique de communication claire, approuvée par la haute direction, identifiant le processus de communication. L’organisation devra déterminer :

Question Exemples
Que sera communiqué ?Politique de SST, règles du site, y compris les responsabilités personnelles, les dangers, les évaluations des risques, les instructions de travail, les procès-verbaux des réunions du comité, les résultats des enquêtes, la structure organisationnelle, les performances
Quand la communication a-t-elle lieu ?Recrutement permanent ou temporaire, intégration en interne et en externe, briefing matinal, réunions du comité de sécurité,exigences légales en attente
À qui les informations seront-elles communiquées ?Travailleurs, y compris les agences, les sous-traitants, les fournisseurs externes, les utilisateurs finaux de produits et autres parties intéressées
Comment les informations seront-elles communiquées ?Tableaux d’affichage, discussions sur la boîte à outils, courrier électronique, site Web, newsletters, supervision

INFORMATIONS DOCUMENTÉES

Comme pour tous les systèmes de gestion, l’étendue des informations documentées varie en fonction de la taille, de la portée et de la complexité des processus au sein de l’organisation. Une approche pratique du développement et du contrôle des informations documentées contribuera à la protection des entreprises tout en fournissant des sources d’informations aux travailleurs concernant l’identification des dangers.

Envisager une approche basée sur les risques quant au niveau d’informations documentées requis, y compris la prise en compte de l’alphabétisation et de la langue. Les informations documentées ne se limitent pas aux copies papier et apparaîtront sur divers supports, notamment au format électronique, par courrier électronique et sur le Web. Vous trouverez ci-dessous une sélection de diverses informations documentées :

Sources internes/externesTaperUtiliser
ExterneRéglementaireInstructions et dépliants sur le site Web du gouvernement, codes de bonnes pratiques
ExterneInformationFiches de données de sécurité du fournisseur externe, certificats de conformité
ExterneInformationInstructions d’installation des machines du fournisseur externe et spécifications techniques
ExterneInformationÉvaluations des risques et déclarations de méthodes
ExterneCertificatsSystème d’incendie, dossiers de service de câblage fixe, documents d’assurance responsabilité civile
ExterneEntraînementCertificats de compétence (Chariot élévateur, sensibilisation SST)
InterneEntraînementPrésentations d’initiation, discussions sur la boîte à outils
InterneEntraînementDossiers de formation individuels
InterneTravailSystèmes de sécurité des instructions de travail
InterneInspectionsPreuve d’entretien et d’inspections de routine

MODALITÉS DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS DOCUMENTÉES

Il est essentiel de disposer d’un système de contrôle robuste mais simple pour les informations documentées. Cela garantira que les travailleurs seront toujours informés des dernières exigences en matière de SST. À l’appui de la dernière révision des informations documentées, il doit y avoir des moyens de communiquer les dernières politiques, pratiques et instructions de travail. Comme indiqué précédemment, les informations documentées proviendront de sources internes et externes.

Vous trouverez ci-dessous des suggestions de moyens de contrôler les informations documentées internes et externes :

  • Interne
    • Développer un système de référence de document dans l’en-tête ou le pied de page, par exemple Procédure de maintenance n° 1 – MP01, Formulaire de maintenance 01 – MF01, etc.
    • Identifiez le statut de la révision, la date de la révision et l’auteur dans le pied de page du document.
    • Utiliser la même méthodologie de contrôle documentaire pour les documents et données électroniques
    • Développer une feuille de calcul identifiant les raisons pour lesquelles les révisions précédentes ont été mises à jour
    • Déterminer la méthode de délivrance des informations documentées en tenant compte de la récupération des informations documentées et de la communication pré-modifiées
    • Archiver au format électronique les révisions précédentes des documents en fonction des risques en garantissant qu’il existe un moyen de sauvegarder et de récupérer les données
    • Déterminez et identifiez dans le tableur le délai de conservation prévu des documents. Cela peut être basé sur des exigences légales telles que les documents d’assurance
  • Externe
    • Déterminer ce qui doit être communiqué et conservé en fonction du risque
    • Envisagez de numériser pour réduire votre dépendance au papier
    • Maintenir l’intégrité de la documentation archivée

N’oubliez pas de créer un système simple à utiliser pour que tous puissent le comprendre et y accéder en conséquence. Envisagez de soutenir la méthode choisie par une procédure pédagogique avec une formation applicable.

Article 8 : Fonctionnement

Une fois que les processus au sein de l’organisation ont été identifiés (voir clause 4.4) et planifiés, ainsi que la méthode dans laquelle l’entreprise fonctionnera (voir clause 6.0), l’entreprise doit planifier et contrôler chaque processus au sein du système de gestion de la SST.

La planification et le contrôle opérationnels sont la méthode par laquelle l’organisation détermine ce qui est requis pour chaque processus et la méthode par laquelle les exigences sont contrôlées pour garantir que les travailleurs sont protégés contre tout préjudice. La planification et le contrôle opérationnels sont réalisés en identifiant les critères pour chaque processus qui peuvent inclure :

  • Les limites de chaque processus et comment ils interagissent
  • Quelles ressources sont nécessaires pour gérer le processus, y compris le leadership, l’équipement, le temps, les ressources humaines (aspects compétences et formation) et financières.
  • Quelles informations documentées sont nécessaires pour faciliter la gestion du processus, y compris les procédures et les systèmes de travail sûrs
  • La méthode par laquelle les modifications apportées au processus sont planifiées et contrôlées, y compris les événements imprévus
  • Application des exigences légales et autres ou des instructions du fabricant pour l’équipement
  • Contrôles techniques, par exemple protections verrouillées et systèmes d’échappement

L’organisation doit également considérer l’adaptation de l’environnement de travail pour s’assurer qu’il est adapté et suffisant pour tous les travailleurs. L’adaptation en termes généraux peut consister en l’embauche de nouveaux travailleurs ou en une modification ergonomique des processus pour protéger les travailleurs contre les dangers et améliorer l’efficacité des processus.

ÉLIMINER LES DANGERS ET RÉDUIRE LES RISQUES SSTAprès avoir choisi la méthodologie d’évaluation des risques déterminée dans la clause 6.0, l’organisation utilisera la « hiérarchie des contrôles » décrite dans la section 6 pour éliminer ou réduire les dangers au risque le plus faible possible. Il est essentiel que lors de l’évaluation des risques, les travailleurs, y compris les prestataires externes, soient compétents.

Une fois l’évaluation des risques terminée, les résultats doivent être communiqués aux travailleurs directement concernés au sein de l’opération et pour faciliter l’élaboration de mesures de contrôle. Les travailleurs doivent être inclus dans le processus d’évaluation et dans d’autres éléments du système.

GESTION DU CHANGEMENT

Il est reconnu que des accidents peuvent survenir lorsque les processus s’écartent des mesures de contrôle établies et définies. Cela peut inclure des changements dans la supervision et les travailleurs compétents ou l’introduction de nouveaux matériaux, machines et processus.

L’organisation doit définir et mettre en œuvre un processus qui prend en compte le changement dans l’ensemble de l’entreprise. Il peut s’agir d’une politique écrite qui prend en compte différents scénarios en fonction des risques et des opportunités. Le processus de changement peut être soutenu par un système documenté pour accuser réception du problème et de la réception de la notification afin de garantir qu’elle est communiquée et comprise.

La notification de changement peut être appuyée par des exigences de formation et de compétences. Le processus de changement pourrait intégrer un mécanisme permettant d’évaluer et de prévenir l’introduction de nouveaux dangers. Voici des exemples d’événements où la gestion du changement pourrait être nécessaire, mais ceci n’est pas exhaustif :

Changer d’événementMéthode de gestion
Perte d’un membre du personnel compétent et informéOrganisation du recyclage du membre du personnel existant soutenu par un prestataire externe jusqu’à ce que l’employé soit compétent.
Secouriste absentFormer temporairement le personnel aux moyens alternatifs de recevoir les premiers soins, y compris les entreprises voisines et les services d’urgence.
Introduction d’une nouvelle machineNommer un chef de projet pour coordonner la mise en œuvre, y compris l’évaluation des risques, l’instruction, la formation et
la supervision. Fourniture d’une évaluation des risques et d’une déclaration sur la méthode d’installation
par un fournisseur externe. Élaboration de documents de contrôle basés sur les recommandations des fabricants.
Inondation dans un immeubleReprésentant compétent nommé pour procéder à l’évaluation des risques et coordonner la réinstallation du personnel dans un environnement sûr.
Introduction d’un nouveau logicielCoordination de la gestion de projet, présentations et discussions sur la boîte à outils, formation aux compétences et à la sensibilisation.


GÉNÉRAL

L’achat de biens et de services est une condition nécessaire au fonctionnement de toute entreprise. La norme exige que l’organisation mette en place des contrôles pour garantir que les biens et services achetés ne présentent pas de dangers et n’exposent pas les travailleurs, y compris les sous-traitants, à des risques.

APPROVISIONNEMENT

Un processus d’approvisionnement robuste est essentiel pour contrôler les entrées de produits et de services dans une organisation. Les intrants peuvent inclure des matières premières pour les produits, des équipements, y compris des machines, des consommables tels que des produits de nettoyage et des travailleurs effectuant la maintenance dans le cadre d’un accord de service. L’organisation est tenue de développer un processus qui devrait inclure une évaluation de l’impact sur la sécurité des produits et services avant l’achat.

Cela peut inclure l’obtention de données sur la sécurité des produits ou des matériaux auprès d’un fournisseur externe ou la réalisation d’une évaluation des risques. Une évaluation des risques avec un prestataire externe peut être envisagée lors d’activités telles que l’achat et l’installation de machines. L’évaluation identifierait les dangers potentiels et les mesures de contrôle appropriées pour protéger à la fois les travailleurs de l’organisation et les sous-traitants.

Dans le cadre du processus, envisagez la livraison des produits pour vous assurer qu’ils sont inspectés par rapport aux exigences spécifiées avant leur libération. Il faut également veiller à ce que ces produits et services soient conformes à la loi. Cela peut se faire par l’évaluation des fiches de données de sécurité, des déclarations de conformité ou par l’enregistrement des entreprises auprès d’associations professionnelles.

Le personnel responsable des achats doit s’assurer qu’il fait appel à des travailleurs compétents pour contribuer aux évaluations et communiquer les informations de sécurité relatives au produit ou au service. Les informations sur la santé et la sécurité peuvent inclure des fiches de données de sécurité, des formations, des exigences de compétence et des instructions d’utilisation.

ENTREPRENEURS ET EXTERNALISATION

De nombreuses entreprises font appel aux services de sous-traitants (prestataires externes) pour combler les lacunes des processus et accomplir des tâches nécessitant des connaissances spécialisées. La norme exige que l’organisation procède à une évaluation de ces sous-traitants, y compris des contrôles de compétence en matière de diligence raisonnable. L’organisation peut envisager d’utiliser des critères de sélection des entrepreneurs pour garantir que les services entrent dans le cadre de la tâche.

L’organisation doit être convaincue qu’il existe un processus pour protéger les entrepreneurs (travailleurs) et les autres travailleurs qui peuvent être exposés à des dangers en raison de leurs activités. Au cours du processus de passation des marchés, des accords écrits peuvent être établis entre l’organisation et le contractant précisant les règles de l’organisation. Cela peut être étayé par des évaluations des risques et des déclarations de méthodes menées par les deux parties avec communication des résultats.

Il est essentiel que les contrôles nécessaires aient été effectués pour garantir que les entrepreneurs sont compétents et peuvent, dans certaines circonstances, exiger une confirmation du respect des exigences légales. Par exemple, une certification pour travailler sur des appareils de commutation électrique ou pour travailler sur une chaudière à gaz.

Une fois le processus de passation de marchés terminé, il est de bonne pratique de soutenir les activités du site avec un programme d’initiation.

Cela permettra aux travailleurs sous-traitants de comprendre les règles, y compris les exigences spécifiques, par exemple les dangers du site, les zones autorisées, les processus de signalement des quasi-accidents, les itinéraires de marche sécuritaires, les plans d’action d’urgence, la supervision et les permis de travail requis.

INFORMATIONS DOCUMENTÉES

La norme exige que l’organisation conserve des informations documentées relatives à l’achat de produits et de services, y compris les accords avec les entrepreneurs. Vous trouverez ci-dessous une liste d’exemples d’informations documentées dont la conservation est envisagée :

  • Évaluation des risques et déclarations de méthodes entre l’organisation et l’entrepreneur
  • Fiches de données de sécurité
  • Échanges de mails relatifs aux aspects de sécurité
  • Certificats de conformité – Harnais, protections, arrêts d’urgence, EPI
  • Permis et licences d’entrepreneur
  • Questionnaires des prestataires externes complétés
  • Dossiers de formation des travailleurs

PRÉPARATION ET RÉPONSE AUX URGENCES

La planification des événements inattendus est une bonne discipline organisationnelle globale. Le processus d’évaluation des risques, pour l’identification des dangers selon la norme ISO 45001, peut avoir mis en évidence des situations d’urgence potentielles avec de possibles conséquences catastrophiques. Il est donc nécessaire de mettre en place des mesures de contrôle pour atténuer ces événements potentiels.

Une fois les situations d’urgence identifiées, pouvant impliquer des travailleurs à tous les niveaux de l’organisation, un plan doit être formulé et testé. Vérifiez que la préparation et la réponse aux situations d’urgence ont été testées dans le cadre du plan d’audit interne.

Il est essentiel de tester les plans d’intervention d’urgence pour sensibiliser aux événements potentiels et garantir le fonctionnement des mesures de contrôle, y compris la supervision, les responsabilités individuelles, l’adéquation de la formation et de la communication. Voici quelques exemples de cas dans lesquels des plans d’urgence seront requis :

ÉvénementRecommandation
Fourniture de premiers secoursTest des premiers secours, prise en compte des horaires de travail, de la disponibilité de l’équipement et du personnel compétent, etc.
Exercice d’évacuationMéthode de déclenchement de l’alarme, contact avec les services d’urgence, responsabilisation des travailleurs, évacuation par étapes, modification de l’agencement du bâtiment, etc.
Alerte à la bombeSonner l’alarme, que faire avec les travailleurs – rester sur place ou évacuer vers une zone sûre, en s’éloignant des fenêtres, méthode contrôlée pour donner l’alarme.
Déversement de produits chimiquesLancement d’alerte, évacuation, confinement, mise à disposition de fiches de données de sécurité.

Une fois le plan testé, il est important de fournir aux travailleurs un feedback pour tirer les leçons de leur expérience. Encore une fois, il est nécessaire de disposer d’informations et d’enregistrements appropriés en tant qu’informations documentées.

Section 9 : Évaluation du rendement

L’évaluation des performances est un processus constructif qui vise à améliorer le fonctionnement d’une organisation et est cruciale pour le modèle « Planifier, Faire, Vérifier et Agir » prescrit par la norme ISO 45001. Ces processus doivent aider à atteindre et à soutenir la stratégie et les objectifs de l’organisation.

SUIVI, MESURE, ANALYSE ET ÉVALUATION

Une organisation doit vérifier, examiner, inspecter et observer ses activités planifiées pour s’assurer qu’elles se déroulent comme prévu. Une organisation doit s’assurer qu’elle a déterminé les processus appropriés, afin de pouvoir évaluer ses performances en fonction des risques et des opportunités. La surveillance indique généralement des processus permettant de vérifier si quelque chose se produit comme prévu ou prévu.

Les tableaux ci-dessous fournissent des exemples de mesures de surveillance et de contrôle spécifiques :

ÉvénementSystème de ventilation par aspiration locale (LEV)
SurveillancePersonne désignée pour inspecter chaque semaine le flux d’air d’un système LEV afin d’éliminer en toute sécurité les fumées d’un processus.
La mesureUtilisation d’un compteur calibré pour vérifier le débit d’air à deux emplacements d’inspection du système conformément à une instruction de travail spécifiée. (L’employé est formé et compétent pour utiliser l’équipement).
AnalyseExamen des données enregistrées déterminant l’efficacité du flux d’air du système pour garantir la sécurité des travailleurs. Cela peut inclure des tendances. Cela serait conforme aux spécifications des fabricants et aux exigences réglementaires.
ÉvaluationL’analyse des tendances indique une réduction du débit d’air, donc une maintenance est déclenchée pour isoler et inspecter le système LEV.
ÉvénementItinéraires pédestres sécurisés
SurveillanceUne personne désignée inspecte quotidiennement les itinéraires de marche sécuritaires pour s’assurer qu’ils sont dans un état permettant d’éviter les glissades, les trébuchements et les chutes.
La mesureInspection visuelle pour garantir qu’il n’y a aucun obstacle en dehors des itinéraires de marche sécurisés définis. (Habituellement, la mesure est associée à un équipement de mesure pour obtenir des données).
AnalyseExamen des résultats des inspections. Dans ce cas, il peut y avoir une tendance à laisser l’équipement à plusieurs reprises au même endroit d’un itinéraire de marche sécurisé.
ÉvaluationDétermination de la cause profonde pour laquelle l’équipement est laissé à plusieurs reprises sur l’itinéraire de marche sûr. Cela entraîne l’attribution d’un endroit sûr désigné pour l’équipement, loin de l’itinéraire de marche sécurisé.

Tout équipement utilisé pour déterminer « l’indicateur » de mesure doit être calibré et entretenu de manière à garantir un degré élevé de confiance dans la crédibilité des données. La norme exige également que l’organisation mette en œuvre un processus pour évaluer la conformité juridique et autre, notamment :

  • La fréquence et la méthode d’évaluation
  • Si une action est nécessaire, le processus dans lequel elle sera évaluée et mise en œuvre
  • Maintenir la connaissance et la compréhension de son état de conformité
  • Conserver des informations documentées pour soutenir l’évaluation des exigences légales et autres

En pratique, vous pouvez envisager de placer une liste des obligations de conformité dans une feuille de calcul, comme indiqué à la section 6 de ce document. Périodiquement, ce processus doit être audité dans le cadre du programme d’audit interne pour garantir que toutes les obligations de conformité ont été remplies.

Les résultats de l’audit, y compris le statut de conformité, doivent être communiqués à la haute direction de l’organisation. Toute exigence en suspens ou en attente peut être traitée par l’équipe de direction. Cela garantira le respect des obligations et la réduction des risques, y compris d’éventuelles poursuites.

AUDIT INTERNE

Un audit interne est une méthode systématique permettant de vérifier les processus et exigences organisationnels, ainsi que ceux détaillés dans la norme ISO 45001. Cela garantira que les processus en place sont efficaces et que les procédures sont respectées. Le programme d’audit interne aidera l’organisation à atteindre les objectifs et cibles en matière de S&ST. Ça aide:

  • Surveiller la conformité à la politique et aux objectifs
  • Fournir la preuve que toutes les vérifications nécessaires ont été effectuées
  • Veiller à ce que toutes les exigences législatives et autres en vigueur soient respectées
  • Évaluer l’efficacité de la gestion des risques
  • L’engagement des travailleurs menant à une culture de sécurité positive
  • Identifier les améliorations en utilisant un « regard neuf » pour examiner un processus
  • Aide à l’amélioration continue

Les audits internes doivent être menés par un personnel compétent faisant preuve d’un certain degré d’impartialité par rapport au domaine audité. Une approche basée sur les risques peut être appliquée aux domaines audités en mettant davantage l’accent sur les activités à plus haut risque. Les audits internes doivent être planifiés en s’attendant à ce que chaque processus soit audité à intervalles réguliers.

En plus des audits planifiés, des audits non planifiés peuvent être menés en réaction à des domaines problématiques, des rapports d’accidents évités de justesse ou des données d’incidents en mettant l’accent sur la prévention des accidents.

Il est avantageux de communiquer les résultats de l’audit aux parties intéressées concernées, y compris les travailleurs, et de fixer des délais d’exécution réalistes pour les « opportunités d’amélioration » ou les « non-conformités » identifiées. La haute direction doit être consciente des lacunes du système pour garantir que les ressources nécessaires peuvent être allouées pour atténuer les résultats. Les résultats de l’audit seront examinés dans le cadre du processus d’examen de la direction.

REVUE DE DIRECTION La revue de direction

est un élément essentiel du système de gestion de la santé et de la sécurité au travail. L’objectif de l’examen Bis pour le Top Management est d’évaluer les performances du système de gestion afin de garantir qu’il a été efficace et adapté aux besoins de l’entreprise, évitant ainsi les blessures ou les préjudices aux travailleurs. La revue de direction est également une activité planifiée pour examiner les objectifs, y compris la conformité, et pour fixer de nouveaux objectifs.

Habituellement, les réunions de revue de direction ont lieu chaque année, mais de nombreuses organisations effectuent des revues de direction tous les six mois ou tous les trimestres pour suivre les performances du système. Si des réunions sont organisées plus fréquemment, l’ordre du jour des réunions est souvent réduit et l’ordre du jour complet a lieu chaque année.
Le tableau de la page suivante donne un aperçu des exigences prescrites pour le programme de revue de direction :

9.3
Référence normative
Résumé des exigences relatives à l’ordre du jour de la revue de direction/point de référence de la clause
un)Fournir un résumé de l’état des actions issues des résultats de la revue de direction précédente. Cela comprendra les tâches terminées ou incomplètes et les justifications de leur statut. Ces informations peuvent être préparées à l’avance pour la réunion.
b1)Expliquer tout changement apporté aux problèmes internes et externes pertinents au contexte de l’organisation pour garantir que les besoins et les attentes des parties intéressées, y compris les travailleurs, soient satisfaits.
b2)En plus du B1, notez tout changement ou changement en attente concernant les exigences et actions juridiques et autres pour répondre aux obligations de conformité.
b3)S’il existe des différences ou des changements dans les risques et opportunités organisationnels, ils doivent être notés, expliqués et discutés dans la section ci-dessous.
c)Vérifier si la conformité à la politique et aux objectifs en matière de S&ST a été atteinte. Il est de bonne pratique de placer les objectifs dans un tableau, d’aligner les indicateurs de performance clés pour les atteindre et de commenter s’ils ont été atteints ou non. Cela indiquera également l’état de conformité de l’amélioration continue.
d1) Discutez de tout incident ou non-conformité survenu depuis la dernière période d’examen, y compris les tendances. Existe-t-il des tendances et quelles mesures ont été prises pour éviter que cela ne se reproduise ?
d2) Déterminez si le suivi et la mesure ont été efficaces pour répondre aux attentes au sein de l’organisation. Si les preuves suggèrent que cela n’a pas été efficace, la haute direction peut influencer l’amélioration.
d3) Discutez de l’état de conformité aux exigences légales et autres. Cela peut inclure des preuves à l’appui de la conformité, y compris les méthodes de détermination et les sources d’informations. Discutez de toutes les exigences légales et autres en attente.
d4) Discutez des résultats des audits internes et des actions qui ont été prises pour résoudre les non-conformités. Discutez des domaines à améliorer et des domaines qui fonctionnent bien.
d5) Aperçu de la consultation des travailleurs. Il peut s’agir de retours sur les réunions du comité de sécurité et d’actions visant à gérer les risques et les opportunités. Autres processus visant à garantir la sécurité des travailleurs, y compris les dispositions prises par les entrepreneurs.
d6) Discutez des risques et des opportunités, y compris l’identification des dangers et les opportunités d’atténuer les dommages causés aux travailleurs. L’organisation souhaitera peut-être examiner les conclusions importantes des évaluations des risques.
e) Compte tenu des informations abordées dans les sections précédentes, existe-t-il suffisamment de ressources pour maintenir et améliorer continuellement le système de gestion. Cela peut être humain ou financier. La haute direction est essentielle pour influencer l’amélioration dans ce domaine.
F) Discutez des communications avec les parties intéressées, cela peut inclure les autorités réglementaires ou les fournisseurs externes qui fournissent des matériaux ayant un impact sur la sécurité.
g) Discussion générale avec fourniture d’informations sur les performances du système de gestion de la SST et sur la manière dont il peut s’améliorer continuellement à l’avenir.

À l’issue de la réunion de revue de direction, l’organisation doit décider avec la haute direction et avec le soutien de la haute direction, de ce qui est nécessaire pour améliorer continuellement la S&ST et satisfaire à la norme. Les points suivants décrivent les exigences en matière de résultats de la réunion d’examen de la direction :

  • Fournir une conclusion globale sur la stabilité, l’adéquation et l’efficacité continues dans l’atteinte des résultats escomptés
  • Identifier les opportunités d’amélioration continue
  • Identifier tout changement requis dans le système de gestion de la SST
  • Identifier les ressources requises
  • Identifier les actions nécessaires
  • Identifiez toute amélioration de l’intégration avec d’autres processus métier. Il peut s’agir d’une harmonisation plus poussée avec les systèmes de gestion ISO 9001 ou ISO 14001.
  • Toute implication sur l’orientation stratégique de l’entreprise. Il s’agit d’une exigence de grande envergure pour couvrir tout sujet visant à améliorer le système de gestion de la SST.

L’organisation est tenue d’enregistrer les procès-verbaux des réunions dans des informations documentées. Ces informations doivent être communiquées aux parties intéressées concernées et, le cas échéant, aux représentants des travailleurs.

Il est de bonne pratique de transférer les objectifs de la revue de direction dans un document séparé avec des indicateurs de performance clés identifiés, des délais d’exécution attendus et des responsabilités déléguées. Ces objectifs peuvent être communiqués via le courrier électronique de l’organisation ou affichés sur des tableaux d’affichage.

Article 10 : Amélioration

  • À partir des résultats discutés dans la section 9 Revue de direction, y compris l’analyse et l’évaluation des performances en matière de S&ST, l’audit interne et les commentaires sur l’engagement des travailleurs.
  • Non-conformité et actions correctives
  • Enquête sur les incidents et mesures correctives
  • Enquête sur les accidents et mesures correctives
  • Obligations de conformité, y compris les résultats de l’introduction d’une nouvelle réglementation

Plusieurs méthodes différentes pour capturer les opportunités d’amélioration peuvent être conçues dans le système en fonction de la structure, des activités et des risques au sein de l’entreprise abordés dans les sections 4 et 6. Les méthodes choisies doivent prendre en compte les éléments suivants :

  • Moyens de signaler, y compris les incidents, aux bons groupes de travailleurs et aux parties intéressées
  • Le calendrier du reporting
  • Comment les informations seront enregistrées sous forme d’informations documentées, par exemple des bulletins de quasi-accident, des rapports d’accidents, des rapports de défauts, des rapports destinés à la haute direction.
  • Utiliser les travailleurs pour participer aux enquêtes afin de déterminer l’analyse des causes profondes
  • Un système structuré pour éviter que cela ne se reproduise
  • Hiérarchie des mesures de contrôle visant à réduire les risques dans la mesure du possible
  • Évaluation des risques SST avant l’introduction d’une action corrective pour prévenir l’introduction de nouveaux dangers
  • Formation et compétences des travailleurs et des parties intéressées sur les moyens de signaler les dangers, les incidents et les opportunités d’amélioration en matière de SST

INCIDENT

Contrairement aux systèmes de gestion de la qualité ISO 9001 et ISO 14001, l’ISO 45001 introduit le terme « incident » aux côtés de la non-conformité et des actions correctives. L’article 3 « Termes de définition » de la norme fournit les paramètres dans lesquels « l’incident » peut être interprété et signalé. Un « incident » est un événement qui n’entraîne pas de blessure et/ou de maladie.

Par conséquent, l’organisation doit mettre en œuvre un système de reporting qui capture les événements qui n’ont pas nécessairement été prévus dans les processus du système de gestion. On parle souvent de « quasi-accidents », de « quasi-touches » ou de « quasi-accidents ». Lorsqu’un quasi-accident est signalé, il peut y avoir un processus dans lequel, au cours de l’enquête, les conclusions sont enregistrées dans un rapport de non-conformité.

Exemple de processus de base de signalement d’un incident conduisant à une non-conformité, à une action corrective et à une amélioration continue :

ProcessusÉvénementSystème de gestion
IncidentUn véhicule de livraison lors d’une manœuvre de marche arrière rate de peu un ouvrier.Le chauffeur a procédé à l’intégration des visiteurs, y compris la délivrance du plan du site.
Bulletin de quasi-accidentLe travailleur remplit un simple bulletin décrivant l’événement avec l’aide du superviseur.Bulletin des quasi-accidents disponible sur tout le site. Formation aux processus dispensée lors de l’intégration.
Action correctiveDes cônes et du ruban adhésif sont immédiatement placés pour empêcher le superviseur de pénétrer dans la zone de l’incident.Action corrective temporaire.
EnquêteLe superviseur a une discussion avec le chauffeur-livreur concernant les circonstances.Le responsable de l’entrepôt et du site discute de l’incident et examine l’évaluation des risques associée.Les travailleurs situés dans la zone apportent leur contribution.Détails enregistrés dans le cadre de l’enquête.Évaluation des risques révisée.
Solution de réflexion basée sur le risqueSuite à l’examen de l’évaluation des risques, y compris des discussions avec la haute direction, des barrières physiques sont placées sur le passage piéton pour séparer les véhicules et les transports.Un éclairage supplémentaire est installé.Les barrières sont intégrées au programme de maintenance.Évaluation des risques révisée.L’intégration des chauffeurs-livreurs a été modifiée pour inclure des passerelles protégées.Rapport de non-conformité complété par une analyse des causes profondes.Enregistré dans le registre des rapports d’incidents.Programme d’entretien mis à jour.
CommunicationLe chauffeur-livreur (travailleur) est contacté et reçoit un retour d’information sur l’incident et sa clôture.Le travailleur qui a signalé le quasi-accident reçoit un feedback.Rapport d’incident envoyé à la société de transport.Le préposé au rapport d’incident signe le rapport d’action corrective comme preuve d’un retour positif.
RevoirL’incident est discuté lors des réunions du comité de sécurité et de la direction.Le superviseur responsable rend compte de l’efficacité des changements introduits.Procès-verbaux du comité de sécurité et des réunions de direction.Les procès-verbaux des réunions des commissions sont affichés sur les tableaux d’affichage.
Examen de la gestionAperçu de l’incident et des résultats positifs dans les statistiques.Examen des statistiques de quasi-accidents/incidents. Procès-verbal de revue de direction communiqué.Un audit régulier des parcours piétons s’ajoute au programme d’audit interne dans le cadre d’un objectif d’amélioration.

Tirez le meilleur parti de votre système de gestion

Meilleurs conseils pour tirer le meilleur parti de votre système de management de la santé et de la sécurité :

  1. Pour disposer d’un système de gestion de la SST efficace, l’organisation doit avoir l’engagement de la « haute direction » à mettre en œuvre et à améliorer continuellement
  2. Développer le système de gestion comme un outil pour protéger les travailleurs et les intérêts de l’entreprise et pas seulement pour satisfaire à la norme
  3. Utiliser le « contexte » pour comprendre comment l’organisation peut avoir un impact interne et externe sur la S&ST, y compris sur les travailleurs.
  4. Informer les parties intéressées et les travailleurs de leurs objectifs lors de la mise en œuvre de la norme afin d’obtenir l’adhésion et de générer une culture de sécurité positive.
  5. Lors de la conception des processus, assurez-vous qu’ils sont pertinents par rapport à l’environnement pour lequel ils sont destinés à être utilisés. En d’autres termes, ne compliquez pas trop le système
  6. Intégrer les exigences de la norme dans les processus et contrôles existants – la SST n’est pas un module complémentaire
  7. Envisagez d’intégrer cette norme dans les systèmes de gestion existants tels que la qualité ISO 9001 et l’ISO 14001 Environnement. Cela contribuera à intégrer la SST dans la réflexion de la haute direction et des travailleurs, afin de garantir un lieu de travail sûr.
  8. La mise en œuvre de cette norme ne constitue pas un fardeau pour votre organisation. Une réflexion basée sur le risque, avec la participation des travailleurs, devrait améliorer la culture de la sécurité et la productivité.

Related posts

Télécharger la norme ISO 9001 version 2015 gratuitement

admin8435

Kit de démarche Lean Six sigma et Amélioration Continue

admin8435

Télécharger la norme ISO 14001:2015 gratuitement

admin8435

Leave a Comment